MARIE J. ROY • art visuel • Bas-Saint-Laurent • 418-605-1763..........................................

maquette du projet Paysage recomposé par l'artiste visuel Marie J. Roy, Bas-Saint-Laurent

 

projets photos


retour à l'entrée

Installation reliée à un territoire spécifique, Paysage recomposé habitera le village de Notre-Dame-du-Portage qui le marquera comme un lieu de culture. Elle servira de référence visuelle, permettant de créer un attachement à l’endroit, tout en favorisant les échanges. Une sorte de façon de stimuler la vie communautaire au sein de la municipalité, tout en démontrant une préoccupation profonde vis-à-vis l’environnement.

paysage recomposÉ

« L’art ne représente pas le visible, il rend visible quelque chose qui est invisible », écrivait Paul Klee. Inspiré par cette citation, mon travail vise à instaurer une dynamique de création, dont la motivation reste l’inattendu.

L’idée que l’œuvre ne soit jamais tout à fait terminée sans l’apport de quelqu’un ou de quelque chose de l’extérieur me ravit. Par l’utilisation de matières innovantes qui réagissent aux éléments, tels des pigments sensibles à la lumière du soleil, des parties de l’image recouvertes de ces pigments se révèlent peu à peu de manière naturelle ou par l’implication du spectateur. Ainsi, l’œuvre n’est jamais définitive.

Cette impression de transformation qui se dégage de mon travail répond à un besoin qui m’habite : celui de s’attarder aux différents changements qui surviennent et d’en prendre conscience. Paysage recomposé propose, au moyen d’une expérience sensorielle, un questionnement sur la manière de percevoir les événements, ainsi que sur notre capacité à nous adapter et à nous renouveler constamment.

Défier le prévisible
Cette volonté de modifier le paysage cause-t-elle une dégradation de l’image, ou au contraire, nous porte-t-elle à observer celle-ci plus longuement, à s'y attarder, pour y voir quelque chose que l’on n’aurait pas remarqué sinon? Telle une superposition entre le réel et l’imaginaire, Paysage recomposé tente de défier le prévisible en représentant un lieu autrement que ce qui est attendu. Car Selon l’heure du jour et la température, l’œuvre prendra plusieurs aspects et restera toujours en transformation, comme le paysage.

Test de pigments photochromiques qui recouvriront une partie de l’image d’une teinte blanc-grisâtre
pour se colorer dès la moindre exposition aux rayons ultraviolets.

... suite page 2