MARIE J. ROY • art visuel • Bas-Saint-Laurent • 418-605-1763..........................................

Projets PORTFOLIO LIVRES Publications reportages Bio Info

marie-josée roy photographe riviere-du-loup, paysages trames, projet artistique, photo art

 

quoi de neuf

 

installation

vidéo de l'installation Tracé aléatoire de l'artiste Marie J. Roy

» tracÉ alÉatoire

L’installation Tracé aléatoire vise à évoquer une action par un jeu de perception. Inspirée par un procédé proche du film d’animation, soit la superposition d’une séquence de dessins représentant les différentes phases d’un geste, une volonté de mise en mouvement est obtenue

»»» voir lE projet...

projet en cours

redessiner le paysage, serie de photographie entre peinture et dessin par l'artiste Marie J. Roy, Bas-Saint-Laurent

» redessiner le paysage

Entre photographie et peinture, cette série revisite une forme de représentation traditionnelle, tout en s'intéressant plus spécifiquement à l’acte de regarder. S’agit-il simplement de l’illusion d’un paysage, ou est-il bien réel? Cette volonté de modifier celui-ci provoque-t-elle une dégradation du lieu, ou nous porte-t-elle à observer l’image plus longuement, à s'y attarder, pour y percevoir quelque chose que l’on n’aurait pas remarqué sinon?

»»» voir lE projet...

vidÉo

exposition de photographies Dis-moi... Saint-Épiphane par la photographe Marie J. Roy au Musée du Bas-Saint-Laurent à Rivière-du-Loup

» dis-moi... saint-Épiphane

Projet réalisé dans le cadre d'une résidence d'artistes offerte par la Musée du Bas-Saint-Laurent sur le thème Regards sur la MRC. L’aspect le plus important de cette recherche a été de créer un contact avec les aînés dans leur propre milieu de vie et de faire en sorte qu’ils valorisent la ressource linguistique qu’ils détiennent

» visionnez la vidÉO

bourse partenariat territorial du Bas-Saint-Laurent 2020-2021 / Paysage recomposÉ

« L’art ne représente pas le visible, il rend visible quelque chose qui est invisible », écrivait Paul Klee.

Inspiré par cette citation, mon travail vise à instaurer une dynamique de création, dont la motivation reste l’inattendu. L’idée que l’œuvre ne soit jamais tout à fait terminée sans l’apport de quelqu’un ou de quelque chose de l’extérieur me ravit. Par l’utilisation de matières innovantes qui réagissent aux éléments, tels des pigments sensibles à la lumière du soleil, des parties de l’image recouvertes de ces pigments se révèlent peu à peu de manière naturelle ou par l’implication du spectateur. Cette impression de transformation qui se dégage de mon travail répond à un besoin qui m’habite : celui de s’attarder aux différents changements qui surviennent et d’en prendre conscience